Exemple d’engagement

En tant que politologue, je n’ai pas vraiment à me prononcer sur la justesse des positions étudiantes sur la hausse des droits de scolarité dans les universités québécoises (ni sur celles du gouvernement, d’ailleurs). Je demeure fidèle à la distinction wébérienne entre Le savant et le politique (comme à d’autres concepts de Weber sur lesquels je reviendrai dans ce blogue) : ces questions demeurent de l’ordre du débat et de la discussion politique, et non de l’autorité d’une chaire.

Geneviève Bois, étudiante en médecine, sur YouTube

Il est encore plus évident que sur la question des droits de scolarité, nous nous trouvons clairement au niveau d’un choix de société. À preuve, ces droits sont différents dans chaque pays, en particulier en Europe (quelques chiffres dans le cas des frais à l’Université de Liège). À ce propos, je suis tombé par hasard sur la vidéo d’une étudiante en médecine qui prend fermement position contre la hausse. La qualité de l’argumentation ne peut manquer d’impressionner.

En faisant une petite recherche, j’ai pu en apprendre un peu plus sur son cheminement. Quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’elle avait aussi été première ministre du Parlement jeunesse du Québec en 2009 (60e législature). Étant familier avec le fonctionnement du Parlement jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles (dans notre récent ouvrage codirigé avec Raymond Hudon, un article de Sophie Wintgens et Maëlle Dabée, « Le Parlement Jeunesse de la Communauté française, une initiative citoyenne ? » discute justement du rôle socialisateur de cette simulation parlementaire), les rapprochements étaient tout de suite intéressants. Cela donne aussi une profondeur différente à l’opinion de Geneviève Bois sur l’intérêt des jeunes à la politique et sur son engagement. Une autre vidéo à regarder.

La relève présente manifestement un potentiel intéressant. À suivre…

Parlement jeunesse de la Fédération Wallonie-Bruxelles
© Michel Dvorak

I do not take one side or the other in the debate over the rise of fees in Quebec universities. As a political scientist, I adopt Max Weber‘s distinction between Science as a Vocation and Politics as a Vocation, on this topic as on others. This is a political question. I found on the web a very argumentative student who stands against the increase of fees as a « choice of society ». I was very impressed. After searching the web, I realised she was also Prime Minister during the 60th Assembly of the Parlement jeunesse du Québec in 2009. I am familiar with the same parliamentary simulation in Belgium (in our new book coedited with Raymond Hudon, Sophie Wintgens and Maëlle Dabée’s article presents the Belgium’s experience), In Quebec as in Belgium, the simulation clearly illustrates the role of some agencies of socialisation.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :